Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2010

Un fauteuil de bureau à assise tournante d'époque Louis XVI

Je vous présente un siège rare, puisqu'il s'agit d'un fauteuil de bureau à assise tournante d'époque Louis XVI. Cherchant ce type de fauteuil depuis plusieurs années, j'ai donc été marqué par le passage de celui ci en vente publique la semaine dernière.

300a.jpg

 

Ce siège, en noyer, est recouvert d'un cuir de couleur havane réhaussé d'une vignette dorée à l'or fin apposée à chaud.

L'assise circulaire repose sur quatre pieds cannelés et rudentés à pointe d'asperge. Les dés de raccordement sont sculptés d'une marguerite. La ceinture est quant à elle ornée d'une frise de rais de coeur.

300c.jpg

Le dossier en gondole, est prolongé par accotoirs cannelés à nez volutés .

300b.jpg

Le fauteuil est composé de deux parties principales. La première englobe le piètement et la ceinture, fixes. La seconde est composée de l'assise, du dossier et des accotoirs. Cette dernière est mobile, et tourne autour de la ceinture.

Cecic est rendu possible par un système de galets ( sortes de petites roulettes ), fixés sous l'assise. Ils viennent se poser dans une gorge creusée dans le haut de la ceinture, dont le fond est muni de lamelles d'acier. Le galets peuvent ainsi tourner dans la gorge sans user le bois. L'ensemble de ce système et maintenu en place par une vis traversant la ceinture, et venant se fixer sur une traverse placée sous l'assise.

300d.jpg

Les fauteuils de bureau d'époque Louis XVI à assise tournante sont rares et onéreux; on trouve plus facilement des fauteuils à asise fixe, souvent cannés, datant de cette époque. Vous croiserez également plus fréquement des sièges du style Louis XV ou des fauteuils de cabinet Régence.

Notre fauteuil a subi plusieures restaurations notables : tenons arasant la ceinture, équerres, et surtout pieds recoupés. En effet, si vous regardez en détail l'extrêmité de ceux-ci, vous vous apercevrez que les chandelles ( bouts de pieds ) sont grossières, et jurent avec le reste , ce qui indique qu'elles ont été refaites. Plus grave, on observe que les asperges rudentées sont courtes, et ne comportent que la tête de l'asperge et un annelet. Ceci montre que chaque pied a été coupé sur 3 cm au moins, les asperges étant composées d'au minimum 3 annelets. Il manque donc environ 5/6 cm de bois ancien.Ces dégats sont expliquable par le fait que, plus que pour tout autre siège, ce type de fauteuil était soumis à de nombreuses contraintes, expliquant les usures et cassures fréquentes ayant entraîné des restaurations fréquentes.

300e.jpg

300f.JPG

A titre d'anecdote j'ai vu, ce mois ci, dans les ateliers d'un ébéniste de ma région, un modèle de CANABAS en acajou, à l'intérieur du piétement duquel on avait ajouté une croix en fer forgé, de manière à empêcher les pieds de bouger, et les rendant solidaires. Cette croix, datant du XVIIIème, avait donc été installée peu de temps après la naissance du siège, ce qui montre bien son extrême fragilité !

Quoiqu'il en soit, notre très beau siège, malgré son état, a tout de même été vendu 3840 euros frais inclus, sur une estimation ( modeste, compte tenu de son état ) de 6/1000 euros. Ceci montre bien l'intérêt suscité par de type de mobilier de rare, de qualité, et convenant parfaitement à usage moderne et quotidien.

Un siège de ce modèle en bon état se négocie aux environs de 4/5000 euros. Les modèles plus rares, avec un dossier cannés recouvert d'un cuir, et/ou en acajou, à l'image de certaines crétaions de CANABAS ou de JACOB, peuvent voir leur prix moyens attaindre 10/15 000 euros. 

A tire d'exemple, je vous citerai un modèle en hêtre à entretoise portant l'estampille de BOULARD vendu 4700 euros en décembre 2009 ( dossier en gondole et accotoirs recouverts postérieurement de cuir, ces derniers devant être à l'origine respectivement cannés et gainés, et à bois nu pour les nez et les consoles d'accotoirs ).

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09 (2).JPG

 

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09 (3).JPG

 

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09.JPG

Un autre modèle, plus connu, est celui de Geoges JACOB à pied en consoles, modèle se négociant 10/15000 euros pour une variante classique, bien au delà pour un modèle plus travaillé.

Estampillé I JACOB est 7 a 10 000 euros pieds entes acajou moulure assise circulaire tournante H92cmL56cmP70cm.jpg

Enfin, comment ne pas citer ce superbe modèle de DELANOIS en bois doré, invendu à PARIS en Octobre dernier, estimé 35/40 000 euros.

Delanois.jpg

 

08/10/2010

Un guéridon d'époque Louis XVI en acajou à plateau de marbre pivotant

Je vous présente dans cette note un des derniers venus à mon domicile.

Il s'agit d'un guéridon en acajou et placage d'acajou à plateau basculant en marbre d'époque Louis XVI.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI.JPG

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (1).JPG

Ce type de meuble était omniprésent dans les intérieurs du XVIII ème siècle. Pratique, il permettait de servir tout à la fois de table d'appoint, de meuble de présentation, de table de service ... Le plateau, monté sur pivot, peut être rabattu, réduisant ainsi l'encombrement et rendant le meuble à la fois maniable et décoratif, ce qui  était apprécié dans les intérieurs feutrés des grandes demeures bourgeoises.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (3).JPG

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (4).JPG

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (2).JPG

Si, sur ce type de meuble, il n'est pas rare de trouver des plateaux en bois, celui ci est recouvert d'un plateau en marbre blanc veiné, ceint d'une très belle galerie en laiton ajouré, ce qui n'est pas fréquent.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (19).JPG

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (13).JPG

Le plateau est biaisé sur son pourtour, au revers, ce qui atteste d'une fabrication du XVIII ème siècle, tout comme l'assemblage des planches constituant le support sur lequel est enchassé le marbre.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (10).JPG

Le fût supportant ce plateau est à balustre, ce qui est également particulier. En effet, les modèles classiques sont plus couramment montés sur un fût cannelé.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (18).JPG

Les pieds sont quant à eux creusés d'une large cannelure. Ils sont munis de roulettes, qui ont été rapportées. Ils sont fixés au fût par des queues d'arondes. Détail important, et signe de qualité, une petite languette en acajou a été insérée à l'extrêmité de chaque pied, afin de la caler dans le fût, et de masquer ainsi le raccord. Tous ces éléments sont typiques des montages du XVIII ème siècle.

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (14).JPG

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (12).JPG

Afin de pouvoir faire pivoter le plateau, un mécanisme a été positionné sous celui-ci.Un poussoir permet de le déverrouiller , en retirant la targette engagée dans la tablette fixée sur la tête du fût. Dans cette tablette est fixée un axe permettant au plateau de pouvoir pivoter et de se positionner à la verticale. 

Guéridon plateau pivotant acajou Louis XVI (9).JPG

Les dimensions sont les suivantes :  hauteur 105 cm (plateau en position " cible " ) ou 72 cm ( plateau en position horizontale )/ profondeur 49 cm / diamètre du plateau : 65 cm.

Ce meuble est en très bon état. Il a subi quelques restaurations d'usage, comme il se doit.

Si vous souhaitez plus d'information ou de précision au sujet de cette note, n'hésitez pas à me contacter par e-mail à l'adresse figurant dans la colonne de gauche.

Bonne journée à tous et à toutes !

05/10/2010

Vive les ventes de rentrée !

Bonjour,

me voici de retour après cette longue période estivale et une rentrée difficile.

Je vous présente une sélection de meubles issue de ventes publiques récentes, et pour lesquels j'ai eu un coup de coeur.

Récemment, passait en vente chez Christie's une (fausse) paire de tables à écrire.L'une était estampillée de DUSSAUTOY, et l'autre de SAUNIER. Bien que de facture classique, cette paire de meubles a été vendue 8937 euros frais inclus, sur une estimation haute de 3000. Comme me l'a confirmé l'expert, avec lequel je me suis entretenu, les amateurs d'estampilles s'en sont donné à coeur joie, supplantant ainsi l'intérêt et les qualités intrinsèques de ces meubles, d'où le beau résultat.

30620490.jpg

 

Picture 031.jpg

Table de DUSSAUTOY

Picture 037.jpg

Table de SAUNIER

J'ai également essayé d'acquérir deux meubles d'un bon ébéniste parisien, cependant assez méconnu, puisqu'il s'agit de Claude Mathieu MAGNIEN. Une table à écrire en acajou a d'abord suscité mon intérêt, mais elle s'est échangée à hauteur de 2500 euros, ce qui me semblait un peu cher vu la conception classique du meuble.

img14004-201004050004-126.jpg

Table à écrire de MAGNIEN

Plus récemment, c'est un secrétaire de ce maître qui a attiré mon attention, et plus exactement la forme assez particulière de la traverse supérieure de l'abattant, qui épousait la forme de l'entrée de serrure, ainsi que les montants à pans coupés cannelés . Malheureusement pour moi, si l'estimation était modeste ( 1200/1500 euros ), l'état nécessitait de lourdes et onéreuses réparations ( panneaux et vantaux fendus, marbre à restaurer, serrures à remplacer ... ), et j'ai du renoncer à placer une offre. Il a tout de même trouvé preneur à 2340 euros.

IMG_1661.JPG

Secrétaire de MAGNIEN 

 

IMG_1663.JPG

Toujours dans cette catégorie, j'avais repéré un secrétaire estampillé de DUBUT décoré d'une très belle marquetterie de bouquets de fleurs et de trophées de chasse. Malgré la nécessité d'une remise en état complète, il a été adjugé 3300 euros, soit juste au dessus de mon offre.

93.1.JPG

 Secrétaire en marquetterie estampillé DUBUT

93.5.JPG

Enfin, dernier regret et non des moindres, puisque ce meuble a été acquis par un antiquaire de ma région, ce très rare chiffonnier que l'on m'avait signalé. Il est galbé et plaqué toutes faces, et son plateau est à cuvette. Les arrêtes sont également plaquées, ce qui signifie qu'il s'agit là d'un meuble de qualité. Les côtés et le plateau présentent des réserves. Les deux tiroirs du bas sont en fait simulés et ouvrent sur un caisson fermant avec deux pennes : l'un montant dans la traverse du tiroir qui le surplombe, l'autre descendant dans la traverse inférieure du meuble. Enfin, les tiroirs, à recouvrement, sont fabriqués en utilisant du chêne à maillage très fin et très serré, ce qui est également un signe de grande qualité. Les dimensions de ce meuble sont également atypiques, puisqu'il s'agit d'un grand modèle  ( 8 7 cm de haut ). Un bien beaun meuble, qui a été adjugé 7300 euros , sur une estimation de 2/3000. Cela confirme l'impression des deux experts que j'ai rencontré, et qui n'avaient jamais croisé ce type de meuble, pensant à un meuble de commande.

P1110321.JPG

 

P1110322.JPG