Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2010

Vive les ventes de rentrée !

Bonjour,

me voici de retour après cette longue période estivale et une rentrée difficile.

Je vous présente une sélection de meubles issue de ventes publiques récentes, et pour lesquels j'ai eu un coup de coeur.

Récemment, passait en vente chez Christie's une (fausse) paire de tables à écrire.L'une était estampillée de DUSSAUTOY, et l'autre de SAUNIER. Bien que de facture classique, cette paire de meubles a été vendue 8937 euros frais inclus, sur une estimation haute de 3000. Comme me l'a confirmé l'expert, avec lequel je me suis entretenu, les amateurs d'estampilles s'en sont donné à coeur joie, supplantant ainsi l'intérêt et les qualités intrinsèques de ces meubles, d'où le beau résultat.

30620490.jpg

 

Picture 031.jpg

Table de DUSSAUTOY

Picture 037.jpg

Table de SAUNIER

J'ai également essayé d'acquérir deux meubles d'un bon ébéniste parisien, cependant assez méconnu, puisqu'il s'agit de Claude Mathieu MAGNIEN. Une table à écrire en acajou a d'abord suscité mon intérêt, mais elle s'est échangée à hauteur de 2500 euros, ce qui me semblait un peu cher vu la conception classique du meuble.

img14004-201004050004-126.jpg

Table à écrire de MAGNIEN

Plus récemment, c'est un secrétaire de ce maître qui a attiré mon attention, et plus exactement la forme assez particulière de la traverse supérieure de l'abattant, qui épousait la forme de l'entrée de serrure, ainsi que les montants à pans coupés cannelés . Malheureusement pour moi, si l'estimation était modeste ( 1200/1500 euros ), l'état nécessitait de lourdes et onéreuses réparations ( panneaux et vantaux fendus, marbre à restaurer, serrures à remplacer ... ), et j'ai du renoncer à placer une offre. Il a tout de même trouvé preneur à 2340 euros.

IMG_1661.JPG

Secrétaire de MAGNIEN 

 

IMG_1663.JPG

Toujours dans cette catégorie, j'avais repéré un secrétaire estampillé de DUBUT décoré d'une très belle marquetterie de bouquets de fleurs et de trophées de chasse. Malgré la nécessité d'une remise en état complète, il a été adjugé 3300 euros, soit juste au dessus de mon offre.

93.1.JPG

 Secrétaire en marquetterie estampillé DUBUT

93.5.JPG

Enfin, dernier regret et non des moindres, puisque ce meuble a été acquis par un antiquaire de ma région, ce très rare chiffonnier que l'on m'avait signalé. Il est galbé et plaqué toutes faces, et son plateau est à cuvette. Les arrêtes sont également plaquées, ce qui signifie qu'il s'agit là d'un meuble de qualité. Les côtés et le plateau présentent des réserves. Les deux tiroirs du bas sont en fait simulés et ouvrent sur un caisson fermant avec deux pennes : l'un montant dans la traverse du tiroir qui le surplombe, l'autre descendant dans la traverse inférieure du meuble. Enfin, les tiroirs, à recouvrement, sont fabriqués en utilisant du chêne à maillage très fin et très serré, ce qui est également un signe de grande qualité. Les dimensions de ce meuble sont également atypiques, puisqu'il s'agit d'un grand modèle  ( 8 7 cm de haut ). Un bien beaun meuble, qui a été adjugé 7300 euros , sur une estimation de 2/3000. Cela confirme l'impression des deux experts que j'ai rencontré, et qui n'avaient jamais croisé ce type de meuble, pensant à un meuble de commande.

P1110321.JPG

 

P1110322.JPG

20/06/2010

Une paire de marquises de Claude SENE

Bonjour,

Je vous présente au travers de cette note une très belle paire de sièges que j'avais repéré dans une vente non cataloguée. Il s'agit d'une paire de marquises, ces larges sièges, d'époque Louis XVI estampillés de Claude SENE. De très belle qualité, et dans un état de conservation quasi irréprochable, cette paire de sièges, modestement estimée 4/5000 euros, a été adjugée 20000 euros ( frais en sus de 22% environ ), ce qui fut largement au dessus de mes moyens.

 

IMG_6568.JPG
IMG_6569.JPG
IMG_6554.JPG
IMG_6555.JPG

Je précise que les marquises sont des sièges rares , qui plus est en paire. En effet, on trouve généralement sous la dénominaton de marquises bon nombre de sièges modifiés, tels des canapés raccourcis ou des bergères agrandies. Dans ces deux cas, il est impératif d'étudier dans un premier temps le motif de la traverse avant des ceintures. Des motifs décentrés ou tronqués doivent éveillés vos soupçons, de même que des traces de coupes. N'hésitez pas à retourner le siège. Ainsi, si vous êtes en présence d'un canapé raccourci , vous trouverez trace de cette modification. L'examen du chevillage et de la patine de l'intérieur de cette ceinture sera déterminant. En cas de bergère élargie, vous trouverez des parties de traverses rapportées tand sur le dossier que sur la ceinture du siège.

Dans le cas des sièges présentés, il s'agissait sans aucun doute d'une vraie paire de marquises, ce qui explique le montant atteint. Le décor était d'un grand classicisme, était très fin et parfaitement exécuté. Les proportions était quant à elles parfaites, ce qui donnait un bel équilibre à ces sièges. L'estampille d'un grand maître menuisier n'était pas non plus étrangère à ce résultat. Chez un bon antiquaire, une telle paire de sièges oscille entre 30 et 40 000 euros. De quoi faire rêver !

31/03/2010

La succession Daniel CARASSO : temps fort de l'année 2010

A l'occasion d'une visite à l'hôtel DROUOT, je me suis rendu à l'exposition d'une des plus belles ventes de mobilier de cette année, puisqu'il s'agit de la succession Daniel CARASSO, fondateur et président d'honneur du groupe DANONE.

Accompagné d'un ami, à qui je faisais découvrir les charmes de l'hôtel DROUOT ( pour ceux qui ne connaissent pas, je conseille vivement d'aller y passer une journée, car c'est endroit possède une âme et une ambiance qu'aucune autre salle des ventes ne peut imiter ), j'ai été tout de suite attiré par l'ambiance feutrée qui régnait dans la salle 5.

L'exposition, digne d'un musée, mettait en valeur chacun des lots proposés. J'ai tout d'abord été surpris par le caractère hétéroclyte de cette succession car, sur les cimaises, MONET et RENOIR cotoyaient Fernand LEGER, MARQUET, VLAMINCK, ROUAULT, LAURENCIN, HELION ! Du côté du mobilier,  les styles Louis XV et Louis XVI cotoyaient les créations de GIACOMETTI.

Sans connaître leur intérieur, je me suis bien volontier plongé dans l'univers de la famille CARASSO. Chaque objet avait été sélectionné avec goût, et l'ensemble devait être d'une grande cohérence. Un univers raffiné dans lequel j'aurai, sans mal, pu évoluer.

Voici quelques pièces qui m'ont marqué, tand par leur rareté que par leur grande qualité.

Je suis tout d'abord tombé sur le charme de cette superbe table de salon de David ROENTGEN. Exceptionnelle dans sa conception et dans la qualité de sa marquetterie ( d'une grande finesse, j'ai apprécié le jeu des bois colorés rendant les ombres des différents motifs végétaux ),  elle était muni d'un système ( poussoir ) permettant de libérer les tiroirs latéraux et frontaux. Ceux ci étaient aménagés avec soins. Cette table, estimée 60/80 000 euros, a été adjugée 161 096 euros .

Lot 67 vendu 161096.jpg

Mon regard a également été attiré par un charmant secrétaire en cabinet estampillé d'Etienne AVRIL. D'une conception sobre, il ouvrait à un abattant renfermant tiroirs et casiers. Estimé 4/6 000 euros, il a été adjugé 12 392 euros.

Lot 77 vendu 12392.jpg

Comment ne pas parler des deux superbes bureaux Louis XVI figurant dans la vente. Le premier, estampillé de MEWESEN, était une pure merveille du style dit " à la grecque ". Reposant sur de fins pieds en gaine, il ouvrait par deux tiroirs en ceinture. Estimé 25/35 000 euros, il a trouvé un nouveau propriétaire pour 35 937 euros . Un modèle en tout point semblable ( était-ce le même, car j'aime croire en l'objet unique )avait été vendu à PARIS en 1985 2 millions de francs ( 300 000 euros ).

Lot 79 vendu 35937.jpg

Le second bureau était un modèle à gradin, en placage de satiné et d'amarante. Sobre, mais bien proportionné ( d'une conception inhabituelle, il était muni de sabots en bronze réhaussés ), il était estimé 20/25 000 euros.

Lot 64 invendu.jpg

D'époque Louis XV, je retiendrais un petit secrétaire en commode, qui avait un charme fou. En acajou et placage, il était d'une grande finesse. Sa sobriété mettait en valeur ses courbes délicates et la très belle veine de l'essence utilisée. Estimé 8/12 000 euros, il a trouvé preneur à 19 208  euros .

Lot 53 vendu 19208.jpg

Enfin, pour en terminer avec les meubles, je suis resté béat devant une petite table de salon dans le goût de CARLIN. Cette table, circulaire, présentait un plateau en partie basse. Sur ce dernier était monté une colonne tournante retenant un second plateau recouvert de marbre blanc dissimulant un tiroir formant écritoire. Le mécanisme ouvrant ce tiroir était dissimulé derrière l'une des cannelures en cuivre, pivotante. D'un goût et d'une conception rares, cette petite table, estimée 10/15 000 euros, a séduit un amateur à 51 427 euros .

 

Lot 65 vendu 51427.jpg
Parmi les sièges, que de choix également ! Mon coup de coeur s'est porté sur une remarquable paire de bergères d'époque Louis XVI estampillée de Pierre BERNARD. Richement sculptées, ces bergères avaient la particularité d'avoir un dossier à pans coupés. Ces sièges, très certainement issus d'une commande particulière, étaient estimés 4500/5500 euros et ont séduit un rival à hauteur de 15 490 euros.
Lot 60 vendu 15490.jpg
Je mentionnerai, au rang des sièges d'époque Louis XV, une large paire de fauteuils à dossier à la reine. Très amples ( l'assise mesurait .... 81 cm ), ils ont changé de main pour la somme de 43 372 euros, soit plus de 7 fois l'estimation haute, qui était de 6000 euros.
Lot 50 vendu 43372.jpg
Je terminerai par cette autre paire en bois doré, finement sculptée de fleurettes, recouverte d'un superbe tissu contemporain, qui, pour son côté déco et la finesse de son décor, mérite d'être présentée. Alliant modernisme et tradition, ces sièges, estimés 5/7000 euros, ont été vendus 7187 euros.
Lot 46 vendu 7187.jpg
J'arrête volontairement ici cet inventaire, mais sachez que d'autres pièces prestigieuses de mobilier ont été dispersées ( console d'époque Régence, table de salon estampillée de WEISWEILER portant la marque du château de Fontainebleau, rare commode-secrétaire de DUBOIS .... ), sans oublier les arts graphiques !
Bref, une très belle succession, avec, à la clé, des résultats à la hauteur des pièces proposées.
Une ambiance féérique, le temps d'une exposition, puis d'une vente, durant laquelle on se prend à rêver !

23/02/2010

Un rare secrétaire d'alcove attribué à TOPINO

1265796251000349.jpg

 

Voici un très joli meuble, vendu dimanche 21 février.

Il s'agit d'un secrétaire de dame, dit d'alcove en raison de ses proportions atypiques ( H = 118.5, L = 4,7 P = 29.5 ). Les secrétaires, meubles masculins par excellence, se déclinent également en modèles pour dames. Ceux ci s'en différencient d'une part par leurs dimensions plus modestes, d'autre part par le décor ( fleurs, bouquets, frises , ou tout autre motif du répertoire précieux - les modèles masculins sont souvent en acajou, ou à décor de trophées guerriers ou d'instruments divers ). Ce meuble était destiné à être placé dans un renfoncement mural, très certainement dans une chambre ....

Ce modèle repose sur des pieds gaines. Il est marqueté de fleurs dans des encadrements en placage de satiné sur trois côtés. Il ouvre en partie haute par un tiroir et un abattant découvrant casiers et niche, et en partie basse par deux petits vantaux. Les bronzes, bien positionnés sont anciens et semblent d'origine. Le dessus est coiffé d'un marbre gris Saint Anne.

Les proportions de ce meuble et son décor laissent penser qu'il peut être l'oeuvre du célèbre ébéniste Charles TOPINO ( reçu maître le 14 Juillet 1773 ). Il ne peut lui être qu'attribué, car ce secrétaire n'est pas estampillé.

Les secrétaires, meubles très prisés avant l'apparition de l'informatique, sont tombés de nos jour en désuétude. Peu pratique pour un usage moderne, ces meubles sont souvent relégués au rang d'objet décoratif. Les modèles les plus imposanst peuvent cependant offrir une espace de rangement intéressant, mais sont difficiles à placer dans nos intérieurs contemporains.

Le modèle que je vous présente, et dont une restauration complète de la marquetterie était à prévoir, a séduit un amateur à hauteur de 3400 euros hors frais ( 22 % environ ) sur une estimation de 3/4000 euros.

Un beau résultat tout de même vu les tendances actuelles. Vous pourrez découvrir quelques clichés de détail dans l'album photo.

22/02/2010

Paire de fauteuils estampillés de LANGLOIS

Bonjour,

voici une très belle paire, vendue dans le cadre d'une curatelle renforcée en mai dernier.

Ces sièges, d'époque XVIII ème, sont estampillés de LANGLOIS. Leurs très belles consoles d'accotoir et permettent de les situer dans le style Transition.

A mon goût, les modèles à l'image de ceux-ci font partie des plus belles créations du style.

Ces sièges, dans une laque ancienne, qui n'était à mon avis pas celle d'origine, en parfait état de garniture et de menuiserie,  ont été vendus 2000 euros hors frais ( environ 220 euros frais inclus ).

 

Transition LANGLOIS 1.JPG    
Transition LANGLOIS estampille.JPG