Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2013

Barbotine identifiée !

Grâce à l'oeil averti d'un antiquaire de ma région, actuellement en déplacement au salon du Luxembourg, je suis parvenu à déterminer l'origine du bassin objet de la note publiée le 21 juin 2012. Je vous joins pour mémoire le cliché du bassin en question.

Bassin (3).JPG

Lors du salon précédemment cité, ce professionnel est " tombé " sur un ouvrage consacré à la faïencerie de Sarreguemines, sur la couverture duquel figurait un modèle en partie identique au mien.

L'ouvrage s'intitule " La faïencerie de SARREGUEMINES " de M. Alain BENEDICK ( antiquaire spécialisé dans les productions de SARREGUEMINES) aux éditions ABM.

 

Comme vous pouvez le constater, les modèles sont proches . 

47-35-07.28.jpg

Crédit photographique : © Christian Thévenin ( cliché publié avec l'aimable autorisation )

Collection du Musée de la Faïence de Sarreguemines.

Une visite sur le site officiel du musée de la faïencerie : http://www.sarreguemines-museum.com/ m'a appris que la pièce en question est un surtout de table. Entrée dans les collections du musée en 2007, cette pièce est remarquable par sa taille, peu fréquente pour les pièces issues de cette faïencerie, et par les prouesses techniques utilisées pour fixer les couleurs.

Une vidéo est également accessible sur le site, en suivant le chemin suivant : collections/oeuvres à la loupe/archives 2007/ Octobre 2077 : les acquisitions 2007.

Une autre visite dans la base de données JOCONDE ( inventaire des musées nationaux ) : http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/pres.... m'a permis d'avoir accès à la notice descriptive de ce milieu de table ( notice 1530 - Inventaire n° 2007-28 du musée de la faïencerie de SARREGUEMINES ) . Ainsi, j'ai appris notamment qu'il s'agit là d'une pièce en majolique créée entre 1875 et 1880 d'après le peintre et graveur FRANCOIS Hilaire Felix, employé de la faïencerie.

Je n'ai trouvé aucune mention d'un surtout avec un pied en bronze pour soutenir la coupe, pas plus que d'une notion de tirage ou d'historique sur ces pièces.

Les deux sytèmes de fixation de la coupe au pied sont différents.Ceci laisse supposer que plusieurs variantes de cette coupe aient pu être commercialisées, plus ou moins complexes au montage selon leur destination, ou le budget des éventuels acquéreurs. Il m'est impossible d'en savoir plus à ce sujet, et notamment si l'une des versions est antérieure à l'autre. Quoiqu'il en soit, le pied en bronze sur lequel repose la coupe du bassin en ma possession est parfaitement d'origine, comme en témoigne le montage. Il ne peut en aucun cas s'agir d'une ré-adaptation ou d'un remontage.

Bassin (16).JPG

Je poursuis donc mes investigations concernant cette très belle pièce, et envisage de contacter le musée dès la semaine prochaine pour essayer d'avoir de plus amples informations sur cette majolique.

Il me faudra également identifier la signature du bassin ( ci-dessous ), que je n'ai pu déchiffrer, et qui est peut être celle de FRANCOIS Hilaire. N'ayant pas trouvé de fac simile de cette dernière, la question reste ouverte.

Bassin (15).JPG

Je vous aviserai de l'évolution de ces recherches, et vous invite à aller découvrir les collections du musée de SARREGUEMINES. Je peux vous assurer qu'une fois la visite commencée, on ne peut s'arrêter tand les pièces sont merveilleuses et variées, et l'univers coloré. De quoi convaincre les plus réfractaires !

Bon week end !

 

05/12/2012

Bug informatique

Bonjour,

suite à un problème informatique persistant, je rencontre des difficultés à me connecter, et ne peut mettre à jour le blog, et ne peut répondre qu'occasionnellement à vos demandes de renseignements.

Dès que la situation sera rétablie, je m'efforcerai de rattrapper le retard accumulé.

Je vous ferai découvrir notamment mes acquisitions récentes, à savoir une paire de chaises chauffeuses très basses d'époque directoire, une chaise d'enfant de même époque et une paire de larges fauteuils d'époque Louis XV à dossier à la reine estampillés de JB LEROUGE.

En attendant, je vous remercie de l'intérêt que vous portez à mon blog, car vous êtes un peu plus de 3000 chaques mois à vous connecter, preuve en est s'il en faut encore que les choses anciennes passionnent encore les amateurs.

Bonne journée à tous.

10/07/2012

Un bureau plat d'époque Premier Empire en acajou à pieds fuselés

Voici l'une de mes plus belles acquisitions.

Belle, car il s'agit d'une très belle pièce, acquise dans des conditions favorables, et surtout alors que je cherchais bien autre chose; voici comment j'ai déniché ce petit trésor.

Client chez un très bon antiquaire de ma région, j'ai été contacté par ce dernier qui venait de rentrer un argentier de la fin de l'époque Louis XVI. Lui ayant dit que je cherchais un meuble pour faire office de bibliothèque, j'ai tout naturellement été appelé.

Lorsque je me suis rendu au magasin, je suis tombé sur ce ravissant bureau, mis en barrage devant la porte, car il provenait du même endroit que l'argentier. Ayant déjà un bureau, je me suis sur le coup réfréné, car je voulais me concentrer sur l'achat de l'argentier.

Puis, chemin faisant, j'ai regardé de plus prêt de bureau, ai remarqué ses superbes bagues et ses belles proportions, ai remarqué ses rares pieds en fuseau,puis j'ai vu les sabots, et le placage des côtés, qui, bien que s'apparentant à de l'acajou, n'en était à mon avis pas. Son état était vraiment un état de maison : bronzes à refixer, cuir absent, vernis à refaire, de même que quelques reprises au placage... Un meuble " nature " en somme. Et sans conteste d'époque début 19 ème, dans un style que je qualifierai de transition Louis XVI/1er Empire, en raison du fuselage des pieds, emprunté au style mourrant, et de l'ornementation de bronze, typique des meubles du 1 Empire.

Malgré de longues négociations, j'ai du me rendre à l'évidence : je ne pourrai acheter que l'un ou l'autre des meubles proposés, mais pas les deux, mon budget ne me le permettant pas. J'ai retourné la question dans tous les sens, me suis ravisé, ai regardé les deux meubles sous toutes leurs coutures pour finalement choisir d'emporter le bureau, au détriment de l'argentier, dont j'avais pourtant fort besoin !

 

Il s'agit donc d'un bureau plat d'époque Empire ( début XIX ème ) ouvrant par trois tiroirs en façade. Ce bureau est en acajou et placage d'acajou, et est recouvert d'un cuir fauve doré aux petits fer, que j'ai fait rapporter.

La singularité de ce bureau réside tout d'abord dans sa conception.De dimensions modestes ( L : 135 cm, P: 68cm, H 74 cm ) mais confortables, il rompt avec l'esprit massif des bureaux de cette époque par l'adjonction de larges pieds fuselés. La rangée de tiroirs, sans décrochement et rectiligne, confère une élégance particulière à l'ensemble en soulignant une ligne sobre et pure.

La décoration de bronzes ciselés et dorés est importante. L'intérêt majeur réside dans l'apposition de larges bagues des pieds de très belle qualité.

Les côtés sont quant à eux plaqués d'une essence de bois que je n'ai pu identifier, mais qui fait penser au tulipier de Virginie.

Le soin apporté au traitement de ce bureau et la recherche d'équilibre loin d'une certaine lourdeur caractéristique des meubles Empire permet d'affirmer qu'il s'agit d'une réalisation d'origine parisienne, sortie d'un très bon atelier. L'absence d'estampille, rendue non obligatoire depuis la Révolution du reste, ne permet pas d'identifier avec certitude son auteur.

Le style de ce bureau post-Louis XVI est le témoin de la recherche d'un renouveau stylistique de cette époque charnière. Les larges pieds fuselés, très rares, et l'ornementation de bronzes, d'origine, permettent sans conteste de le dater du tout début du XIX ème siècle ( vers 1815/1830 ).

 

Comme quoi mieux vaut parfois écouter son coeur plutôt que sa raison, car depuis, ce bureau ne me quitte plus ! Je l'ai fait restaurer, et l'utilise au quotidien. Et je me remémore à chaque fois les circonstances dans lesquelles je l'ai déniché !

Copie de CAPS_45.JPG

Bureau dans son état de découverte

Copie de CAPS_46.JPG

 

Bureau dans son état de découverte

Copie de CAPS_47.JPG

Bureau dans son état de découverte

CAPS_48.JPG

Bureau dans son état de découverte

Bureau empire (1).JPG

Bureau restauré

Bureau empire (8).JPG

Détail des bagues de pied

Bureau empire (9).JPG

Détail des sabots

Bureau empire (7).JPG

Détail des chutes

Bureau empire (16).JPG

Détail des entrées de serrure ( tiroir central )

Bureau empire (17).JPG

Détail des entrées de serrure ( tiroirs latéraux )

Bureau empire (13).JPG

Détail des assemblages ( vue de dessous )

Bureau empire (14).JPG

Détail des assemblages ( vue de dessous )

Bureau empire (15).JPG

Détail des assemblages ( vue de dessous )

Bureau empire (10).JPG

Détail des assemblages ( tiroirs )

Bureau empire (11).JPG

Détail des placages latéraux ( tulipier de Virginie ? )

21/06/2012

Identification d'une barbotine

Bassin (3).JPG

Bonjour à tous,

je suis à la recherche de renseignements sur un bassin en barbotine.

De grandes dimensions ( environ 60 cm de long, 40 de profondeur et autant en hauteur ), il figure une naïade dont le corps se prolonge en coquillage sur lequel est assis un putti.

L'ensemble repose sur un pied en bronze quadripodes à double patine figurant des pattes animales à trois griffes surmontées d'une volute.

Le pied est fixé au bassin par une vis à papillon.

Figure en dessous du bassin, sur la partie non émaillée, une inscription à l'encre P et un autre signeque je n'ai pu identifier.

N'ayant trouvé aucune oeuvre similaire, un amateur éclairé pourrait il me renseigner sur l'origine de ce bassin, son époque et sa fabrique ?

En vous remerciant.

Bonnes trouvailles à tous !

 

Bassin (2).JPG

Bassin (8).JPG

Bassin (10).JPG

Bassin (4).JPG

Bassin (11).JPG

Bassin (6).JPG

Bassin (16).JPG

Bassin (15).JPG

 

03/04/2012

Identification d'un meuble estampillé LEXCELLENT PARIS

Bonjour,

voici ci joint une demande de renseignements transmise par un internaute, et la réponse que j'y ai apporté.

N'hésitez pas à me contacter pour fournir de plus amples informations sur ce meuble et cet ébéniste, mes recherches ayant été fructueuses certes, mais un peu sommaires au regard de la maison.

Bonne journée à tous !

-------------------------------------------------------------------

Nous possédons un meuble du 18ème en palissandre massif, dont photo jointe.
Il existe sous le marbre et à l'arrière, à gauche et à droite, une estampille, dont photo jointe, indiquant en capitales:
L'EXCELLENT
PARIS

tn (1).jpg

tn.jpg

-------------------------------------------------------------------

 

Voici ce que j’ai trouvé sur la maison LEXCELLENT.
Trois ébénistes successifs se sont relayés dans ce qui semble être une entreprise familiale.

 

Le premier, LEXCELLENT jeune, pris la succession de son père Nicolas, mort vers 1788. Il avait son atelier 21 rue de Charrenton et fis faillite le 17 Novembre 1806.

 

Le second, LEXCELLENT Ainé ( Fr.-P ), exerçait 20 rue de Charrenton, puis au 16 à PARIS. Il semble avoir exercé jusqu’en 1868.Il avait un magasin de confection et de fabrique de sièges exclusivement.

 

Enfin, LEXCELLENT E.Guillaume-Edmond, le dernier de la lignée, né à PARIS le 2 décembre 1834. Il avait une fabrique et un magasin de meubles situés 46 rue de Charrenton puis 8 rue Bréguet, où il exerça jusqu’en 1928. Il participa aux expositions universelles de 1855, 1867 et 1889, et fut à chaque fois distingué ou primé. Il présentait '” des meubles de luxe et de divers styles “.
 
L’estampille apposée sur le meuble : LEXCELLENT PARIS en caractères larges est celle de LEXCELLENT E.Guillaume-Edmond, ce qui le daterai de la fin du 19 ème ou du début du 20 ème siècle. Il s’agit donc d’un meuble de style Louis XV de qualité, et non d’époque.