28/06/2013

Chauffeuses, sièges d'enfant, prie Dieu... l'avènement des sièges bas

Bonjour à tous,

une acquisition récente me permet de me pencher sur un type de siège suscitant régulièrement l'engouement des amateurs, puisque je vais aborder le sujet des sièges bas dit "en chauffeuse ".

Le sujet est très vaste, je vais donc dans un premier temps en dégrossir les grandes lignes, l'occasion se présentera ultérieurement de développer plus en détail le sujet.

La découverte :

En correspondant avec un collectionneur désireux de se séparer d'une partie de ses sièges, j'ai fais une heureuse découverte. En effet, parti pour acheter sur photos trois chaises d'époque Directoire, je suis revenu avec ceci.

DSCN0073.JPG

En guise de chaises, je venais de me porter acquéreur d'une paire de chauffeuses, et d'une chaise d'enfant. Cette occasion va me permettre de vous présenter et de différencier ce type de sièges.

Définitions :

Tout d'abord, revenons sur la notion de " chauffeuse ".

On appelle " chauffeuse " un siège ( chaise, fauteuil ou bergère ) que l'on plaçait devant la cheminée afin de se chauffer, tout simplement. Ce type de siège fut également appelé à l'origine " coin de feu " ( terme plus volontiers réservé aux sièges Régence et début Louis XV, à assise large et basse ) .

Il s'agit donc là d'un siège de confort, destiné à un usage particulier. De ce fait, il s'agit d'un meuble beaucoup plus rare qu'un siège traditionnel car, s'il est courant de voir des séries de chaises ou de fauteuils, il est exceptionnel de trouver plus de deux sièges en chauffeuse. Ceci s'explique par le fait que ce siège, destiné à être positionné devant l'âtre, ne pouvait être placé ailleurs en raison de sa vocation première, et était donc présent dans les habitations en nombre restreint.

Il est maintenant intéressant de savoir ce qui distingue un siège en chauffeuse d'un autre siège. Ce qui frappe immédiatement sur ce type de mobilier est l'aspect bas de l'assise. En effet, pour que les pieds des usagers se situent à hauteur de foyer, tout en restant confortables, il a été nécessaire d'abaisser la hauteur de l'assise, et, par conséquent, de diminuer la hauteur des pieds. Ceux ci sont donc plus trapus. Sans entrer dans des propos trop empiriques, on peut considérer que l'on est en présence d'un siège en chauffeuse lorsque la hauteur de l'assise ne dépasse pas 30 cm ( dimension prise du bas des pieds en haut de l'assise, garniture et couverture comprise ).

Afin d'augmenter le confort, l'assise est plus large ( 5 à 10 cm au minimum par rapport à un siège du même modèle ), et le dossier plus haut ( excepté pour les sièges régence et début Louis XV ) et légèrement incliné. Cette différence se remarque à l'oeil nu, car le siège est disproportionné comparé à un siège traditionnel.

En résumé, si votre siège est bas d'assise

DSCN0065.JPG

qu'il a des petits pieds

DSCN0069.JPG

et un dossier haut et incliné

DSCN0074.JPG

 alors vous êtes en présence d'un siège en chauffeuse ( félicitatons ! ).

Pourquoi tand d'engouement me direz vous ? Et bien simplement parce que ces sièges, comme je l'ai exposé plus haut, sont bien plus rares dans les intérieurs du XVIII èmeque les autres sièges. De plus, il s'agit là de sièges de confort. La rareté étant associé à la commodité en font des pièces très recherchées.

Ainsi, les bergères basses et les fauteuils coins de feu atteignent des prix de haut niveau régulièrement.

 

fauteuils coin de feu.jpg

Un siège d'enfant est quant à lui bas d'assise puisqu'en rapport avec la taille de son usager. Pas de différence avec la chauffeuse jusque là. Cependant, un siège d'enfant conserve des proportions et des volumes à l'échelle, et l'on n'observe donc pas de disproportions au niveau du dossier, de l'assise ou des pieds.

DSCN0078.JPG

fauteuil enfant.jpg

 

De ce fait, lorque l'on se trouve face ce type de siège, l'impression est qu'il s'agit d'un siège miniaturisé, les calibres utilisés étant tous proportionnés les uns par rapport aux autres.

Méfiance donc lorsque le proportions ne sont pas respectées, car vous êtes face à un siège transformé !

 

Enfin, un petit mot concernant les prie Dieu. Ils se distinguent aisément des deux catégories précédentes pour deux raisons : d'une part l'assise est basse et parfois inclinée vers l'avant, d'autre part ils possèdent une manchette sur la partie supérieure du dossier. Ces aménagements ont été apportés afin que le fidèle puisse s'agenouiller et se relever plus aisément, et puissent poser les coudes sur le dossier.

Prie dieu.jpg

prie dieu versailles.jpg

 

Attention à ne pas confondre avec les voyelles ( ou ponteuses ), destinées au jeu, et dont l'assise est à hauteur traditionnelle.

 

chaise_ponteuse_depoque_louis_xvi_fin_du_xviiieme_siecle_d5432461h.jpg

Voilà, j'espère avoir en quelques lignes dégrossi le sujet. N'hésitez pas à me faire part de vos réactions.

Bonnes trouvailles ! 

20/10/2012

A vendre : un fauteuil de bureau de style Louis XVI

Bonjour,

suite à un échange de correspondance avec un internaute la semaine passée, je poste une note concernant un très beau siège dont ce dernier souhaite se défaire.

IMG_1089.jpg

Il sagit d'un très élégant fauteuil de bureau en bois naturel à assise tournante.

Ce siège, très équilibré, date du milieu du 19 ème siècle ( vers 1840 ). Il est en état de maison, et possède à priori son cuir d'origine, qui devra être changé.

IMG_1088.jpg

Vous rouverez ci dessous quelques clichés de détail.

IMG_1090.jpg

IMG_1092.jpg

IMG_1094.jpg

N'étant pas personnellement intéressé par ce siège, qui est de style, merci de me faire part de vos propositions, que je transmettrai à l'intéressé.

Bon week end à tous !

14/06/2011

Nouvelle déception .... nouveau coup de gueule

 Voici ma déception du moment,et à double titre.

Tout d'abord, malgré des e-mails répétés,parce que j'ai superbement été ignoré par l'expert de la  vente ( un cabinet pourtant fort renommé ),ensuite parce que le siège que je convoitais m'a échappé.

Il s'agissait d'un fauteuil de bureau à assise tournante. Présenté par l'étude Thierry de MAIGRET et passé en vente aux enchères à Drouot le 9 juin dernier, ce fauteuil était en hêtre. Très joli modèle donc, mais exécuté dans un bois moins " noble " que l'acajou ou le noyer, ce que l'on préfère. Estimé 3/6000 euros, ce siège a finalement été adjugé 6200 euros ( frais en sus ).

Fauteuil bureau en hetre 090611 DE MAIGRET vendu 6200 HF 24 PC.jpg

Faute de précision sur l'état du siège, et ne pouvant me rendre à l'exposition, je me suis donc abstenu sagement de miser, au risque de passer à côté de quelque chose, ce qui fut sans doute le cas. Je précise que ma demande avait été adressée à l'étude environ 2 semaines avant la vente. Résultat : rien, pas de réponse de la part de l'expert, juste la jolie photo figurant au catalogue accompagnée du descriptif y figurant, transmise poliment par l'étude. Rien qui n'ai pu m'avancer en fait...

Cette semaine, re-belote. Même étude, même expert.

3 lots passant en vente demain m'intéressent : un cartel Louis XV 4 couleurs, une table de TOPINO et ( ce qui m'intéresse au plus haut point ), une table de RVLC. Sachant que ces 2 derniers lots sont signalés avec restaurations, j'adresse à l'étude 2 nouvelles demandes de rapport détaillé, ce qui, me semble t il, est justifié et compréhensible. Ces demandes datent du.... 30 mai. Même réponse polie de l'étude, joint les photos et les descriptions du catalogue. Les meubles sont au garde meuble, l'expert vous contactera dès que les lots seront visibles.

Hé bien figurez vous qu'il est 22 heures 56, et je suis sans nouvelles de ce brave expert. J'ai tout de même contacté l'étude ce matin, puis cet après midi afin de savoir ou en était ma demande. Devinez quelle fut la réponse de l'étude ???? Je vous le donne dans le mille ! " Monsieur, le cartel est pendu, je ne peux donc donner suite à votre demande. Il est de plus trop tard pour vous faire d'autres clichés. Vous comprenez, avec l'exposition qui se prépare ...."

NON MAIS DE QUI SE MOQUE T ON ?????????????????? QUE FAUT IL FAIRE ???????????????

Je ne suis pas marchand, encore moins parisien, je suis poli et courtois, qu'ai je donc fait ?Je ne peux me rendre à toutes les expositions à DROUOT, le seul moyen de me faire une opinion que la qualité de la marchandise présentée est donc d'avoir recours aux photographies et aux contacts avec les chargés de vente.

Moi je pense que certains acteurs du marché parisiens feraient bien de faire preuve d'un peu d'humilité, je pense notament à certains experts. Agissent ils par favoritisme, au profit de marchands ? C'est ce que je crois, l'ayant déjà constaté par le passé ! Selon l'intervenant, les réponses sont différentes. Et nous pauvres amateurs, que devons nous faire ? Engager 10000 euros comme ça, à l'aveuglette ? Sommes nous donc si stupides !

Il est parfaitement inadmissible qu'avec les moyens de communication actuels des amateurs, dont je fais partie, soient superbement ignorés par ce genre de personnalité hautaine !

En conclusion, je pense que je vais abandonner tout simplement les recherches sur PARIS. Ce panier de crabes commence sérieusement à m'exaspérer, et je ne suis pas le seul.

Laissons donc ce marché aux nombrilistes et gens de petite morale. Je pense que le marché de l'art mérite mieux que ces parasites qui gangrènent le système, et qui agissent en position de monopole ( qui donc oserait contester l'expertise de tel cabinet, jouissant d'une réputation trans-générationnelle? Et si tel est le cas, que se passe t il ? Le meuble repasse en commission d'expertise, composée, bien entendu, d'experts connaissant bien le mis en cause ! Et l'adage se vérifie à nouveau " les loups ne se mangent pas entre eux " ! ).

Et bien moi, j'en ai marre d'être pris pour un mouton, alors je réagis, et espère faire réagir nombre d'entre vous !

 

28/10/2010

Un fauteuil de bureau à assise tournante d'époque Louis XVI

Je vous présente un siège rare, puisqu'il s'agit d'un fauteuil de bureau à assise tournante d'époque Louis XVI. Cherchant ce type de fauteuil depuis plusieurs années, j'ai donc été marqué par le passage de celui ci en vente publique la semaine dernière.

300a.jpg

 

Ce siège, en noyer, est recouvert d'un cuir de couleur havane réhaussé d'une vignette dorée à l'or fin apposée à chaud.

L'assise circulaire repose sur quatre pieds cannelés et rudentés à pointe d'asperge. Les dés de raccordement sont sculptés d'une marguerite. La ceinture est quant à elle ornée d'une frise de rais de coeur.

300c.jpg

Le dossier en gondole, est prolongé par accotoirs cannelés à nez volutés .

300b.jpg

Le fauteuil est composé de deux parties principales. La première englobe le piètement et la ceinture, fixes. La seconde est composée de l'assise, du dossier et des accotoirs. Cette dernière est mobile, et tourne autour de la ceinture.

Cecic est rendu possible par un système de galets ( sortes de petites roulettes ), fixés sous l'assise. Ils viennent se poser dans une gorge creusée dans le haut de la ceinture, dont le fond est muni de lamelles d'acier. Le galets peuvent ainsi tourner dans la gorge sans user le bois. L'ensemble de ce système et maintenu en place par une vis traversant la ceinture, et venant se fixer sur une traverse placée sous l'assise.

300d.jpg

Les fauteuils de bureau d'époque Louis XVI à assise tournante sont rares et onéreux; on trouve plus facilement des fauteuils à asise fixe, souvent cannés, datant de cette époque. Vous croiserez également plus fréquement des sièges du style Louis XV ou des fauteuils de cabinet Régence.

Notre fauteuil a subi plusieures restaurations notables : tenons arasant la ceinture, équerres, et surtout pieds recoupés. En effet, si vous regardez en détail l'extrêmité de ceux-ci, vous vous apercevrez que les chandelles ( bouts de pieds ) sont grossières, et jurent avec le reste , ce qui indique qu'elles ont été refaites. Plus grave, on observe que les asperges rudentées sont courtes, et ne comportent que la tête de l'asperge et un annelet. Ceci montre que chaque pied a été coupé sur 3 cm au moins, les asperges étant composées d'au minimum 3 annelets. Il manque donc environ 5/6 cm de bois ancien.Ces dégats sont expliquable par le fait que, plus que pour tout autre siège, ce type de fauteuil était soumis à de nombreuses contraintes, expliquant les usures et cassures fréquentes ayant entraîné des restaurations fréquentes.

300e.jpg

300f.JPG

A titre d'anecdote j'ai vu, ce mois ci, dans les ateliers d'un ébéniste de ma région, un modèle de CANABAS en acajou, à l'intérieur du piétement duquel on avait ajouté une croix en fer forgé, de manière à empêcher les pieds de bouger, et les rendant solidaires. Cette croix, datant du XVIIIème, avait donc été installée peu de temps après la naissance du siège, ce qui montre bien son extrême fragilité !

Quoiqu'il en soit, notre très beau siège, malgré son état, a tout de même été vendu 3840 euros frais inclus, sur une estimation ( modeste, compte tenu de son état ) de 6/1000 euros. Ceci montre bien l'intérêt suscité par de type de mobilier de rare, de qualité, et convenant parfaitement à usage moderne et quotidien.

Un siège de ce modèle en bon état se négocie aux environs de 4/5000 euros. Les modèles plus rares, avec un dossier cannés recouvert d'un cuir, et/ou en acajou, à l'image de certaines crétaions de CANABAS ou de JACOB, peuvent voir leur prix moyens attaindre 10/15 000 euros. 

A tire d'exemple, je vous citerai un modèle en hêtre à entretoise portant l'estampille de BOULARD vendu 4700 euros en décembre 2009 ( dossier en gondole et accotoirs recouverts postérieurement de cuir, ces derniers devant être à l'origine respectivement cannés et gainés, et à bois nu pour les nez et les consoles d'accotoirs ).

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09 (2).JPG

 

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09 (3).JPG

 

Estampille BOULARD vendu 4700 FI le 14 12 09.JPG

Un autre modèle, plus connu, est celui de Geoges JACOB à pied en consoles, modèle se négociant 10/15000 euros pour une variante classique, bien au delà pour un modèle plus travaillé.

Estampillé I JACOB est 7 a 10 000 euros pieds entes acajou moulure assise circulaire tournante H92cmL56cmP70cm.jpg

Enfin, comment ne pas citer ce superbe modèle de DELANOIS en bois doré, invendu à PARIS en Octobre dernier, estimé 35/40 000 euros.

Delanois.jpg

 

20/06/2010

Une paire de marquises de Claude SENE

Bonjour,

Je vous présente au travers de cette note une très belle paire de sièges que j'avais repéré dans une vente non cataloguée. Il s'agit d'une paire de marquises, ces larges sièges, d'époque Louis XVI estampillés de Claude SENE. De très belle qualité, et dans un état de conservation quasi irréprochable, cette paire de sièges, modestement estimée 4/5000 euros, a été adjugée 20000 euros ( frais en sus de 22% environ ), ce qui fut largement au dessus de mes moyens.

 

IMG_6568.JPG
IMG_6569.JPG
IMG_6554.JPG
IMG_6555.JPG

Je précise que les marquises sont des sièges rares , qui plus est en paire. En effet, on trouve généralement sous la dénominaton de marquises bon nombre de sièges modifiés, tels des canapés raccourcis ou des bergères agrandies. Dans ces deux cas, il est impératif d'étudier dans un premier temps le motif de la traverse avant des ceintures. Des motifs décentrés ou tronqués doivent éveillés vos soupçons, de même que des traces de coupes. N'hésitez pas à retourner le siège. Ainsi, si vous êtes en présence d'un canapé raccourci , vous trouverez trace de cette modification. L'examen du chevillage et de la patine de l'intérieur de cette ceinture sera déterminant. En cas de bergère élargie, vous trouverez des parties de traverses rapportées tand sur le dossier que sur la ceinture du siège.

Dans le cas des sièges présentés, il s'agissait sans aucun doute d'une vraie paire de marquises, ce qui explique le montant atteint. Le décor était d'un grand classicisme, était très fin et parfaitement exécuté. Les proportions était quant à elles parfaites, ce qui donnait un bel équilibre à ces sièges. L'estampille d'un grand maître menuisier n'était pas non plus étrangère à ce résultat. Chez un bon antiquaire, une telle paire de sièges oscille entre 30 et 40 000 euros. De quoi faire rêver !